DIVERSES ACTIONS

Tout au long de la campagne électorale, nous avons effectué des collages d’affiches électorales au sein de l’Université de Perpignan ( UPVD) . Soucieux de préserver notre outil de travail , nous avons veillé à coller nos affiches sur des emplacements prévus a cet effet. A aucun moment nous n’avons utilisé des bombes de peinture pour communiquer sur nos idées, nous POLETUDIANT de Perpignan veillons au jour le jour à préserver notre université, lieu de débat et d’échange mais en aucun cas de dégradation des vitres ou des murs avec de la peinture.

 

Nos actions ne se résument pas qu’aux collages , mais aussi à dénoncer le saccage de l’Université de Perpignan

 

Pendant le conflit de la loi d’autonomie les dégradations se chiffrent à 200 000 euro :

Sens Interdit Perpignan Mur couloir Perpignan

Porte Université de Perpignan Dégradations Perpignan

Peinture LRU UPVD Dégradations Université

image00230.jpg Mur Extérieur Perpignan

Salle M Université de Perpignan Salle M UPVD

UMP à mort- Dégradations UniversitéDégradation Perpignan A4

Couloir SJE UPVD

Jugez par vous mêmes ce que font les « anti sarkozy »et cela avant le conflit de la loi d’autonomie :

image00055.jpgimage00054.jpgimage00053.jpgimage00057.jpgimage00058.jpgimage00092.jpgimage00091.jpg

image00058.jpg image00053.jpgimage00093.jpgimage00094.jpgimage00095.jpgimage00096.jpgimage00097.jpg

Nous mettons aussi en place  l’organisation de divers débats:

 

Le premier était le Jeudi 24 Janvier 200 sur le théme : le travail et les étudiants

Jean Pierre Coifman, François Sanchez, Eric TouronAlisson Thomas Nicolas Dubret



29 commentaires

  1. Par l'éducation, Pour la Nation!!! dit :

    Les jeunes au meting de Montpellier l’Uni en force BRAVO LOUISE!!

    Les jeunes de Montpellierenvoyé par sarkozyfr

  2. gluglu dit :

    Et bien, sa travail dur chez poletudiant.

  3. Poletudiant dit :

    c’est sur que gluglu travaille dur aussi pour pouvoir perdre son temps de cette maniere

  4. eh ben, vous êtes pas des drôles, vous?
    De la jeunesse bien rangée, moi je trouve ça tristounet? Et votre façon, de dire « regardez les méchants qui ont tout tagué alors que nous on colle là où nous dit de coller »? Nous on est les gentils bien sages? moi, ça m’inquiète, cette « sagesse » de droite?

  5. Francois L dit :

    Nous ne sommes pas une « jeunesse bien rangée », seulement nous respectons les locaux de notre université. Nous estimons qu’il y a des endroits réservés pour coller et c’est seulement là que nous devons y apposer nos affiches.

    Pourquoi devrions nous taguer nos slogans, nos messages à coup de bombe de peinture sur le premier mur qui passe?

    Nous sommes soucieux de préserver notre université, et ce n’est pas en la taguant , en y apposant des affiches dans les salles, sur les bureaux, sur des murs innapropriés… que l’on préservera nos locaux.

    L’université a mieux à faire de son budget que de le dépenser pour repeindre les murs….

  6. ld dit :

    ld est de retour…

    Toujours condamnable ce genre de chose… Je ne suis pas contre (la condamnation), même si tout à une explication valable!Soit!

    Je m’accorde sur une chose que dit newyork… c’est que pour se valoriser aujourd’hui, vous, comme ceux qui ont fait ça comme tout un chacun se sert de l’autre en le rabaissant. C’est du genre « regardez comme il est vilain, moi à côté ben, j’assure! »… C’est pas très réfléchit, pas très constructif, ça manque d’argumentation.

    Je suis loin d’être de droite, loin d’être de gauche, je m’interesse cependant étroitement à la politique, sans pour autant m’y retrouver. Je respecte les idées de chacun tant que celles ci ne sont pas pour lancer une gueguerre stupide contre ceux d’en face…

    Il n’y en a pas de meilleur que d’autres, voila tout, nous avons chacun nos idées, respectables…très peu respéctées!

    Et que vive la grève…oups, mon côté « pour un monde meilleur »…pas celui des chinois…je m’évade là!

  7. divergence dit :

    Vous êtes ridicules de montrer du doigt ceux qui osent utiliser les innombrables supports d’expression qui s’offrent à nous.

    Ce n’est pas en les criminalisant que vous vous donnerez une quelconque aura de pureté. Au contraire, en lieu et place de la réflexion, vous n’attirez que le mépris de vos adversaires. Aucun argumentaire n’est développé.

    De plus, le tag et l’affichage sauvage sont des moyens d’expression tout à fait légitime à l’heure ou les messages publicitaires – et autres annonces faisant appel aux pulsions consuméristes, humanitaires ou associatifs de l’individu – monopolisent littéralement toutes les surfaces d’expressions, ainsi que toutes les parts de cerveaux disponibles.

    De plus en tagant l’université, les graffeurs ne nuisent en rien aux activités pour lesquelles les locaux ont été conçu. Ce n’est pas un tag qui empêchera la tenue d’une conférence. M’est avis que ce sont plus les messages inscrit que la pratique du tag en elle-même qui dérangent nos étudiants « gentils, obéissants et bien rangés ». J’irai même jusqu’à dire qu’ils caressent en secret le rève d’utiliser les mêmes moyens d’expressions, mais que cette envie bien naturelle est réfrénée par leurs schémas mentaux, aliénant et aliénés, et dont la mise en pratique leur apparaitrait comme une contradiction.
    Dur dur d’être « bien rangé ». Cela n’offre guère d’alternatives aux pratiques politiques traditionnelles, hein ?

    http://divergence.unblog.fr/

  8. Francois L dit :

    Nous ne sommes pas hostile à la liberte d’expression, mais pour communiquer il y a au sein de l’université des espaces réservés prévus à cet effet.
    A chacun de respecter les biens collectifs, on ne saccage pas chez soi, pourquoi le faire à l’université!

    Oui aux différentes opinions, non aux dégradations commises au sein de l’université

  9. miettou dit :

    Encore une fois, je ne considère pas ça comme une dégradation. Le tag est une réappropriation de l’espace. Il est en lui-même un acte politique, qu’il soit de nature artistique, propagandiste ou partisan.

    Il est comme une petite faille dans le système, une petite brèche dans l’hégémonie de l’idéologie dominante, une action qui a échappé à son contrôle, dont la pratique en est d’autant plus jouissive.

    Se contenter de s’exprimer uniquement sur les panneaux que l’administration nous concède, c’est accepter le fait que le reste de la fac ne nous appartient pas. Pourtant nous y vivons, nous y passons des milliers d’heures. C’est un de nos principal lieu de vie et à ce titre nous ne pouvons permettre à une autorité paternaliste de la gérer et d’y organiser nos vies à notre place.

    Je me prononce en faveur de l’autogestion des universités. De leur gestion directe par les personnes qui les fréquentent, étudiants et professeurs. Qu’elles soient ouvertes à tous, bacheliers ou non, jeunes, vieux, étudiants, travailleurs, chomeurs…
    Qu’elles abandonnent leur rôle de machine idéologique à formater et à préparer les individus à leur future exploitation par le mode de production capitaliste. Et qu’elles deviennent au contraire des lieus d’émancipation intelectuelle, de désaliénation sociale, économique, philosophique et sexuelle.

    En gros qu’elles nous permettent de comprendre le monde et de le transformer par nous mêmes.

  10. Poletudiant dit :

    Malheur! Moi qui croyais que mes parents avaient raison!ça change tout la, le droit de dégrader, quel bonheur et le respect il est où la? Non, ça part en vrille tout de suite, ce n’est qu’une question d’éducation, inutile de polémiquer à part bien sur si vous êtes d’accord sur le fait que je tague les murs de votre maison! Idée intéressante mais reste idyllique.
    Concernant l’autogestion de l’université, je voudrais juste vous poser la question si vous êtes au courant du pourcentage d’étudiants allant voter ou présents lors des réunions universitaires! Le néant! Qui va alors gérer la fac? Elle ne peut être vouée qu’à l’échec! Nous devrons ainsi payer des impôts pour qu’une poignée de fervents défenseurs peut être incompétents dirigent nos facs et donc notre argent et permettent de plus la libre expression sur les murs?
    Enfin jusqu’à preuve de contraire les « bacheliers ou non, jeunes, vieux, étudiants, travailleurs, chômeurs? » peuvent tous accéder à l’éducation de l’université, ils ont même des bourses spécifiques pour ça, c’est juste que l’histoire et l’idéologie en France ne permet pas encore aux gens de comprendre qu’il faut un jour se reformer et changer de voie au vue de la vitesse de l’evolution du marché du travail.

    Personne ne peut se permettre de dire qu’il a la faculté de changer le monde à part si bien sur s’il est en possession de moyens définissant LA DICTATURE.

  11. Francois L dit :

    Vous pourrez considérer la fac comme votre lieu de vie, un second chez vous lorsque vous paierez dans son intégralité le prix des réfections suite aux différentes gréves. Pour information vous pouvez pour Perpignan préparer un chéque de 200 000 ? ….

  12. Cyprien dit :

    J’ai une idée on va venir taguer chez vous on se reappropriera l’espace puisque vous etes opposés à la proprieté privé!

  13. Hervé dit :

    je trouve dommage que vous fassiez la pub pour de la pub, oui je parle des bips ! faites plutôt l’éloge des vélostations ! un vélo pour que dalle pour la durée que vous voulez. et je dis bien vélo et pas trottinette bipée !

    Sinon les dégradations c’est une autre façon de communiquer, une sorte de rage retranscrite sur les murs. Mais c’est sur que ça fait des mécontents, le message est quand même passé, c’est ce qui compte. Sans une administration et une milice montées sur le tas, la fac serait encore en opposition à ce gvt…ubuesque !

  14. Poletudiant dit :

    Faites moi grâce de ce genre de sarcasmes. Vos commentaires sont d’un niveau très variable, mais ne vous sentez donc pas obligé d’accroître par le bas l’amplitude de leur qualité. Vous êtes dans le Hors-Sujet très cher,
    BIP-DÉGRADATIONS-RAGE-ADMINISTRATION-MILICE-FAC-OPPOSITION-GOUVERNEMENT, ça tourne dans cette tête! Tout le monde a le droit de ne pas aimer le bip (que j’adore pour ne pas payer le bus) mais employer le mot « milice » est d’un inutile, je ne sais pas si vous avez appris un petit peu d’histoire mais les plus sanglantes dictatures sont engendrées par la gauche, il suffit de lire vos commentaires pour comprendre, heureusement que le ridicule ne tue pas!

  15. Cyprien dit :

    Ubuesque le Gouvernement non juste legitime élu par 53% des Francais contrairement à vous la LCR qui ne vivait que grace à l’UMP car votre montée en puissance ne sert qu’a empecher la Gauche de gagner et ca marche!

  16. Hervé dit :

    hors de propos ! ça c’est bon ! J’aime que ça tourne dans ma tête, c’est mieux que dormir !

    L’Histoire, j’aime bien aussi ! C’est marrant que tu dises ça (les dictatures tous ça), on en avait « bloggé » pendant le blocage. Ça a pas du te marquer, c’est normal on ne retient que ce qui nous arrange !

    (je ne vote pas LCR ni « gauche »…on t’as pas dit qu’il faut pas généraliser !)

  17. miettou dit :

    J’aime lire les messages sur Poletudiant. On croirait écouter du FranceInfo, à moins que ce ne soit le JT de Tf1 ou de FranceTV. Etant déconnecté des médias bourgeois depuis un petit nombre d’années, je me demande toujours comment j’ai pu écouter les inepties des oligarques journalistiques pendant si longtemps. Ceci dit j’ai quand même l’impression de perdre mon temps ici.

    J’espère pour vous que vos vies ne sont pas aussi normées, ennuyeuses et prévisibles que vos idées et vos commentaires. Une pensée qui stagne est une pensée qui pourrit. Et cela vaut aussi pour la vie quotidienne.

    Mais il ne sert à rien spéculer sur la nature de votre quotidien. On m’a toujours dit que l’attaque personnelle ne dévaluait en rien les idées exprimées par la personne. Ce qui n’est pas tout à fait faux, même si cela omet le pouvoir d’influence de la pensée sur l’acte et inversement.

    J’avoue avoir la flemme de répondre à de tels « arguments ». Par quoi commencer? Celui qui confond la nature publique de la faculté avec le caractère privé du logement ? Ou celui dont la culture politique n’a pas l’air assez développée pour savoir que le projet des marxistes et des libertaires ne consiste pas à abolir la propriété privée, mais uniquement à gérer collectivement les moyens de production des richesses? Ou alors celui qui argue que les idées de gauche ont engendré des dictatures bien pire que celles de droite ? Que devrions-nous en conclure ? Que les idées de droite valent mieux que celles de gauche ?

    J’ai un scoop pour vous : les dictatures ne se sont jamais manifestées que par un renforcement de l’appareil d’Etat, par le pouvoir de l’armée, de la police et par une bureaucratisation accrue. Elles renforcent l’aspect hiérarchique des rapports sociaux. Ensuite les idéologies dont se réclament les systèmes totalitaires ne leur servent que de caution intellectuelle pour légitimer leur toute-puissance. La « gauche » ou la « droite » n’ont rien à voir avec leur apparition. Le problème principal se réduit à la question du pouvoir centralisé.

    Il est clair que tant que les individus ne chercheront pas à se réaproprier leur vie, il sera aisé pour les bureaucrates et les tenants du centralisme de légitimer leur oppression par le manque d’intérêt des individus vis-à-vis de la gestion de leurs vies. Mais n’est-ce pas justement parcqu’ils ont toujours vécus sous le joug de celles-ci – subissant l’autorité paternaliste du professeur, l’arbitraire de l’administration et l’aliénation audiovisuelle – qu’ils sont restés des enfants – des automates je dirai – à qui l’on devra eternellement dicter le comportement. Il va de soi que la volonté d’émancipation est un préalable à l’instauration de l’autogestion, et que le changement social et transformation individuelle devront se faire simultanement, chacun étant à la fois le moteur et le produit de l’autre.
    Et que l’autogestion et les prises de décisions collectives seront toujours les antinomies politiques des systèmes totalitaires.

  18. Poletudiant dit :

    « J’aime lire les messages sur Poletudiant. On croirait écouter du FranceInfo, à moins que ce ne soit le JT de Tf1 ou de FranceTV. Étant déconnecté des médias bourgeois depuis un petit nombre d?années, je me demande toujours comment j’ai pu écouter les inepties des oligarques journalistiques pendant si longtemps. Ceci dit j’ai quand même l’impression de perdre mon temps ici. »

    Qu’elle idée que de regarder TF1! Vous alors!

    « J’espère pour vous que vos vies ne sont pas aussi normées, ennuyeuses et prévisibles que vos idées et vos commentaires. Une pensée qui stagne est une pensée qui pourrit. Et cela vaut aussi pour la vie quotidienne. »

    Dormir en vacances est mon action préférée, vous voila informé sur ma vie.

    « Mais il ne sert à rien spéculer sur la nature de votre quotidien. On m’a toujours dit que l’attaque personnelle ne dévaluait en rien les idées exprimées par la personne. Ce qui n?est pas tout à fait faux, même si cela omet le pouvoir d’influence de la pensée sur l’acte et inversement. »

    Excellente idée. Je vais me faire un seau de caviar pendant ce temps, c’est l’heure de l’en-cas de ma classe sociale.

    « J’avoue avoir la flemme de répondre à de tels arguments. Par quoi commencer? Celui qui confond la nature publique de la faculté avec le caractère privé du logement ? Ou celui dont la culture politique n’a pas l?air assez développée pour savoir que le projet des marxistes et des libertaires ne consiste pas à abolir la propriété privée, mais uniquement à gérer collectivement les moyens de production des richesses? Ou alors celui qui argue que les idées de gauche ont engendré des dictatures bien pire que celles de droite ? Que devrions-nous en conclure ? Que les idées de droite valent mieux que celles de gauche ? »

    Bah oui! Justement!

    « J’ai un scoop pour vous : les dictatures ne se sont jamais manifestées que par un renforcement de l’appareil d’État, par le pouvoir de l’armée, de la police et par une bureaucratisation accrue. Elles renforcent l?aspect hiérarchique des rapports sociaux. Ensuite les idéologies dont se réclament les systèmes totalitaires ne leur servent que de caution intellectuelle pour légitimer leur toute-puissance. La gauche ou la droite n’ont rien à voir avec leur apparition. Le problème principal se réduit à la question du pouvoir centralisé. »

    Recyclage de l’argumentation sortie lors de la grève de la SNCF et de la « prise en otage » des usagers, ou serait ce monsieur Marx qui vous a fortement inspiré en tout cas vous risquez des poursuites en contrefaçon pour utiliser un argument éculé (mon coté futur juriste). En tout cas je ne pense pas vous apprendre que c’est bien Marx et ses clones qui prônent la violence inévitable de lutte de classes etc.. et si moi je ne suis pas d’accord avec toi tu fais quoi? Tu me tue? Et oui c’est ça l’extrême gauche de collectivité et solidarité, tu donne, tu fais ce que Marx a dit et si non le KGB s’en charge.

    « Il est clair que tant que les individus ne chercheront pas à se réaproprier leur vie, il sera aisé pour les bureaucrates et les tenants du centralisme de légitimer leur oppression par le manque d’intérêt des individus vis-à-vis de la gestion de leurs vies. Mais n’est-ce pas justement parcqu’ils ont toujours vécus sous le joug de celles-ci – subissant l’autorité paternaliste du professeur, l’arbitraire de l’administration et l’aliénation audiovisuelle – qu’ils sont restés des enfants – des automates je dirai – à qui l’on devra eternellement dicter le comportement. Il va de soi que la volonté d’émancipation est un préalable à l’instauration de l’autogestion, et que le changement social et transformation individuelle devront se faire simultanement, chacun étant à la fois le moteur et le produit de l’autre.
    Et que l’autogestion et les prises de décisions collectives seront toujours les antinomies politiques des systèmes totalitaires. »

    Désolé, je n’arrive pas à lire votre phrase : je m’endors avant la fin. Le lyrisme, c’est pas votre truc décidemment.
    Vous devriez limiter le nombre de métaphores. A la fin, on ne comprend rien à vos histoires d’administration et d’aliénation audiovisuelle qui sont des enfants automates d’autogestion des prises de décisions collectives des antinomies politiques des systèmes totalitaires!

    Le fantasme ça rend poète

  19. etamaison dit :

    Je vois que pour certain,le réveil va être douloureux.
    etamaison

    Dernière publication sur Plan Maison Contemporaine : MAISON EVOLUTIVE 65.000e

  20. miettou dit :

    Bof. je suis déçu. Je m’attendais à un argumentaire construit, mais non, je n’ai le droit qu’à des procès d’intention et des attaques sur la nature de mon discours. Rien sur le fond. J’ai eu des adversaires politiques, de droite comme de gauche, bien plus coriaces et déstabilisant que vous.

    Je n’ai rien à rajouter à mon message précédent car les réponses à vos «  »arguments »" (avec beaucoup de guillemets)s’y trouvent déjà.

    Apparemment je n’ai aucune chance de faire progresser ma pensée à votre (très virtuel) contact, puisque la votre (de pensée) n’a pas l’air de s’être développée de manière très autonome. Ceci sera donc mon dernier message sur ce site, et je pense que ni vous ni moi ne s’en plaindra.

    Soit dit en passant, je n’ai aucune prétention littéraire. Mon style me parait lourd, et ce que vous percevez comme une tentative de lyrisme n’est rien d’autre à mes yeux que la réaction normale de quelqu’un qui ne comprend pas les notions qui se cachent sous les mots. Il s’agit de dialectique ici, pas de rhétorique.
    Vous avez encore de nombreux progrès à faire mon vieux. Je vous conseille particulièrement de développer votre culture politique. Cela vous évitera de vous ridiculiser et d’éviter de critiquer Marx – démarche fort louable mais qui doit se détacher de tout jugement idéologique – sur des clichés vieux comme le monde.

    Poletudiant :

    Et on a tous compris ce que vous vouliez dire : je suis très vilaine, je soutiens un jugement, je critique Marx donc je suis sans « culture » et sans « pensée autonome » ou je ne sais pas quoi bref : poletudiant vilain. Merci de votre contribution au débat. Et au revoir.

  21. ju dit :

    Il faut arrêter de juger les gens pour leurs appartenances politique!
    mais où est l’ouverture d’esprit dans tout ça !!!
    franchement vous de poletudiant vous en avez pas mare de critiquer et rabaisser les gens différents de vous !
    vous vous battez pour vos points de vues laisser les autres en faire autant , et si tagger est une façon de le faire pourquoi pas , car autant que je me souvienne ils ne sont pas les seules à le faire et oui même vous !!
    aprés vous dites ils sont violents ses marxistes mais c’est encore une généralité ,se battre contre une réforme qui parraît injuste ne veut pas dire pour autant que l’on se situe au niveau de l’extrême gauche , et même ça fait quoi !
    et la violence n’est pas forcément là où on la croît !!!!!les médias manipulent et conditionne la pensée des individus et vous , vous êtes en plein dedans TEL DES MOUTONS !!!!

  22. Francois L dit :

    Je regrette , mais poletudiant n’a jamais tagué, cela ne correspond pas à nos valeurs.

    Nous utilisons uniquement les espaces réservés.

  23. greg dit :

    La droite c’est alliée avec les partis fascistes lors des grèves de l’année dernière. On peu donc raisonnablement penser que pour défendre ses propres intérêts la droite est prête à pactiser avec le pire de l’humanité.

    => Donc vous auriez tous été des collabo lors de la seconde guerre mondiale vous valez pas mieux que ca

  24. Francois L dit :

    Ah? j’en apprends !

    Moi j’ai simplement vu des étudiants pris en otage par la bonne pensée unique colporté par une minorité méprisant la liberté et la démocratie…
    Si vous faites référence à ces derniers, alors p-e étaient ils fascistes mais nous étions trés opposés à leurs idées….

  25. greg dit :

    comme vous avez décidés de faire une action commune avec eux le vendredi soir de la dernière semaine avant la reprise des cours, comme vous avez décidé de descendre de l’IUT en chantant la marseillaise, comme vous avez décidés d’aller a l’amphi A4 pour déloger les bloqueurs avec les fachos, et de continuer votre action malgré les insultes racistes; puis comme vous êtes passés sur france 3 vous les adhérents de poletudiant, VOUS ÊTES EUXXX !!!!

  26. Alexandre dit :

    Eh bien, si je puis me permettre, voilà un « débat virtuel » digne du plus savoureux des romans feuilletons de Ponson Du Terrail. D’ailleurs, je conseille à tous la lecture de son oeuvre, Le mariage de Rocambole.

    Bref, ce n’est pas ce que je voulais dire. J’aimerais bien quelques réponses à des questions qui me viennent, comme ça, parce que j’aime lire et comprendre ce que je lis.

    « J?irai même jusqu?à dire qu?ils caressent en secret le rève d?utiliser les mêmes moyens d?expressions, mais que cette envie bien naturelle est réfrénée par leurs schémas mentaux, aliénant et aliénés, et dont la mise en pratique leur apparaitrait comme une contradiction. » (dixit divergence).

    Donc, si j’ai bien tout compris, parce que le tag et l’affichage sont l’un des supports de la liberté d’expression, ils doivent être, justement, libres et ouverts à tous et toutes. Très bien ! Maintenant, rappelons nous l’article XI de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Vous me suivez ? Observons dès maintenant l’article X de cette même déclaration : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi ». Vous n’ignorez pas la valeur constitutionnelle accordée à cette Déclaration si chère à notre histoire. Or, connaissez-vous une Loi qui légalise ou en tout cas dépénalise le principe de la pratique du tag ? Je n’en connais aucune, et a fortiori je pense ne pas me tromper en avançant ici qu’il n’en existe aucune. Au contraire, ce sont les règlements intérieurs ou municipaux qui définissent les surfaces susceptibles d’accueillir ces moyens d’expression. Ainsi donc, du point de vue du droit, le problème est réglé.

    Maintenant, qu’en est-il de la réalité de mes observations ? Ici, semble-t-il, seule importe l’appartenance politique. Pour ne froisser personne ni présumer de celle-ci, nous dirons que ceux qui sont partisans de l’expression politique via le tag s’appuient sur de grands principes très généraux dont ils ne saisissent que des bribes, voire de pures fantasmes, et ceux qui s’opposent à eux s’appuient quant à eux sur des mécanismes de réglementation dont ils oublient les fondements et se dissimulent derrière cette diabolisation caractéristique de leur « ennemi » (si vous me permettez l’expression) qui, finalement, sert de base à ce qu’ils appellent un argumentaire.

    Après ces observations très générales et parfaitement subjectives – je ne peux lire qu’avec mes yeux désireux de comprendre, je me demande : Chanter la Marseillaise, est-ce être fasciste ? Poletudiant, est-ce un groupuscule raciste, animé de l’idée farfelue de la supériorité de la race « droite/blanche/catholique/consumériste », adjectifs issus non pas de mes observations mais plus précisément des témoignages écrits, pictographiques et oraux que j’ai pu recueillir et glâner durant les mouvements étudiants de l’année dernière – une première année très instructive, d’ailleurs !

    A vrai dire, c’est amusant. Si l’on observe les objectifs des deux « camps » – s’agit-il de cela, de deux camps gouvernés depuis deux bastions fictifs que seraient l’Amphi. IV et l’Amphi. III ? – on peut remarquer qu’ils sont assez similaires. Après tout, chacun parle de démocratie et de liberté, d’association et de solidarité. Indépendamment du combat mené l’année dernière par les « forcenés de l’Amphi. IV » (terme emprunté à l’un des membres les plus actifs de l’autre camp) et de l’autre combat mené par les « incompris de l’Amphi. III » (réciproquement, vous l’aurez deviné), ces deux entités militent chacune … pour la même chose ? A l’évidence, oui. Mais est-ce si simple ? Peut-il y avoir plus conceptions de la démocratie et de la liberté ? Prenons l’exemple de la liberté, directement lié à la question des « tags ».

    Pour les uns, la liberté, c’est pouvoir taguer n’importe où n’importe comment ; pour les autres, ceci n’est pas la liberté mais l’exposition (oserais-je le dire ?) à l’anarchie et au vandalisme.

    Pour les autres, la liberté, c’est pouvoir taguer aux endroits prévus et en toute quiètude, dans le respect de la légalité ; pour les autres, ceci n’est pas la liberté mais la soumission à l’ordre sécuritaire et (oserais-je le dire ?) policier.

    J’ai initialement donné ma conception très étroite sur le sujet. Le règlement l’interdit, il ne faut pas transgresser la règle, etc. Mais citons, pour rebondir, un passage de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis d’Amérique :

    « Mais lorsqu’une longue suite d’abus et d’usurpations, tendant invariablement au même but, marque le dessein de les soumettre au despotisme absolu, il est de leur droit et de leur devoir de rejeter un tel gouvernement et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future  » (D’après la traduction de Thomas Jefferson).

    Ainsi, qu’on ne me prête pas des pensées légicentristes ou pire encore. Je sais juger de l’opportunité matérielle d’une loi, même si je me demande quelle valeur accordée au jugement d’un individu si pauvre que moi, intellectuellement.

    Quoiqu’il en soit, j’en viens au coeur de mon propos. Vous militez pour la même chose, ou plus précisément, vous avez choisi deux chemins différents pour arriver à la même chose. Très bien, libre a été votre choix. Je vous en félicite, du reste. Mais je regrette qu’en dépit des exemples historiques, des considérations théoriques, et des observations pratiques, vous poursuiviez dans cette optique de diabolisation mutuelle qui parasite le débat et l’empêche de s’élever et de s’extraire de la pure politique politicienne.

    Je sais bien que les idées ont fui le débat politique, mais peut-être devrait-on songer à les y ramener. Et si nous autres, les jeunes, de droite comme de gauche, nous n’essayons pas une seconde d’y procéder, comment parvenir à changer les choses, puisque tel est le mot d’ordre ?

    Il ne faut plus s’étonner, je pense, du fanatisme presque religieux des militants même les plus dociles. L’ignorance conduit à ce fanatisme. Or l’ignorance toujours est prête à s’admirer, n’est-ce pas ? Quelle meilleure façon de s’admirer, de se contempler et de s’aimer, qu’en jetant l’opprobre sur cet ennemi purrulent, misérable et infame qui nous fait face ?

    Les tags ici, trouvent une place de première qualité : support de la liberté d’expression, certes. Mais par suite, support de la diffamation, de l’invective et du mépris. Et les adversaires des tagueurs, en les diabolisant, jetent l’huile sur le feu.

    Alors, voici peut-être ma question : La prochaine fois, s’il y en a une, inviterez vous la Raison dans vos débats ?

    C’est une question rhétorique, à l’évidence, et je n’attends aucune réponse. Tout ceci n’était qu’un prétexte à ce petit bilan de mes observations et études de mes chers camarades universitaires.

    Alexandre L.

  27. yom kippour dit :

    mort aux vaches, mort aux condés, vive les enfants de Cayenne à bas ceux de la sûreté !

  28. Julia dit :

    Pas de grâce, pas de pitié, pour toute cette bande de lâche et ces bandes d’enculés?

  29. beranger dit :

    Virons ce petit roi profiteur qui ne donne qu’aux riches, la France coule, les ouvriers sont de plus en plus pauvres. Le gouvernement gaspille? se rempli les poches. Combien de personnes dorment sous des tentes ? pourtant beaucoup d’en eux travaillent. Il est certainement plus important de s’occuper de la santé de Johnny Tous les jours des personnes sans ressource sont malade et ne peuvent se soigner.Qui est capable de relever la France? PAR LUI C’EST SÛR

Répondre

contrer la droite |
mauritanie20 |
Vers la 6eme république ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivre la République du Progrès
| l'avenir vue par un militan...
| LCR Section Calaisienne