Archive pour avril, 2008

Poletudiant sur France Bleu Roussillon

Poletudiant sur France Bleu Roussillon dans Pol-Actualite et Politique. ads_background logomini dans Pol-UPVD
Retrouvez demain matin sur les ondes de France Bleu Roussillon une interview de François Lietta de Poletudiant qui explique notre participation à l’opération « 40 ans plus tard, la jeunesse qui bouge a changé de camp » lancé par la section Grandes Ecoles de l’UMP.

 Le site de 40 ans plus tard : www.40ansplustard.fr

 Le site de France Bleu Roussillon : ici 

 

3000 logements étudiants de plus dans les Yvelines

Depuis la remise du prérapport de Jean-Paul Anciaux, la question du logement étudiant s’impose régulièrement dans l’actualité. Mais vendredi dernier, Valérie Pécresse a signé avec le conseil général des Yvelines un protocole visant à la création de 3.000 logements dans le département où la ministre a son siège de députée et qui en compte 2.000 actuellement.

Plan de construction massif

Il faut signaler que dans ce domaine, le département semble le plus en manque. Au terme des trois années, 5.000 places seront donc disponibles. Concrètement, l’État investira à la hauteur de 100 millions d’euros, tandis que le Conseil général subventionnera à la hauteur de 1.000 € par logement. La proximité de transports en commun a largement motivé le choix des emplacements.

3000 logements étudiants de plus dans les Yvelines dans Pol-Actualite et Politique. v-989Lors du lancement de son plan, Valérie Pécresse expliquait : « Nous allons mettre les moyens financiers, mais avec les acteurs locaux. Si tous les départements d’Île-de-France faisaient la même chose que dans les Yvelines, nous couvririons 150% des besoins. Ce n’est pas une question de moyens, mais de foncier et de volonté des collectivités territoriales. »

Deux autres départements furent visités pour annoncer des constructions : le 93, avec 1.000 logements, et le 92 avec 200. D’autre part, à Mantes-la-Jolie, la ministre a rencontré le député UMP Pierre Bédier, pour parler du projet Mantes-université. « C’est un projet exemplaire. Chaque établissement doit être accompagné de logements étudiants et d’une dynamique économique. » Reliant l’IUT et l’école d’ingénieurs Isty, il regroupera 1.500 étudiants à l’horizon 2015. Dès 2011, 1.200 logements étudiants devraient être mis en place.

Source: Actualitte

Pécresse veut en finir avec les «étudiants fantômes»

Pécresse veut en finir avec les «étudiants fantômes» dans Pol-Actualite et Politique. b281d3e8-1507-11dd-a9f5-b1eda24939a7

La dotation de l’État aux universités devrait désormais être fonction du nombre d’étudiants présents jusqu’aux examens. Et non plus calculée sur les seules inscriptions en début d’année.

 

Les étudiants fantômes pourraient bientôt ne plus hanter les facs. En réalité, c’est tout le système de financement des universités qui doit être revu. Et la dotation globale annuelle versée par l’État le système d’allocation des moyens accordés, dit «Sanremo» modifiée en profondeur. Des propositions d’une mission d’évaluation de l’Assemblée nationale et d’une mission parlementaire du Sénat sont attendues d’ici cet été.

 

«Il faut veiller à ce que les critères de financement soient plus justes», insiste Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur. Avec le mode de calcul de Sanremo, basé notamment sur le nombre d’étudiants inscrits et sur la superficie des bâtiments, certaines universités ont parfois la tentation de ­«faire du chiffre» en attirant un maximum d’inscrits. Un président d’université estime que des milliers d’étudiants «courants d’air» s’inscrivent ainsi chaque année en fac. Et que la prime aux effectifs nombreux conduit certaines universités «à attirer beaucoup d’étrangers sans trop vérifier leur niveau».

 

Entre 10 et 20 % des étudiants inscrits en littérature à la Sorbonne (Paris-IV) en premier cycle ne mettent jamais les pieds en cours, selon un rapport du comité national d’évaluation datant de 2006. Une situation analogue est relevée dans les filières préparant à des diplômes de langues rares. Beaucoup d’étudiants prennent une inscription administrative pour obtenir une convention de stage réclamée par les entreprises. D’autres cherchent à bénéficier de la Sécurité sociale, de la mutuelle ou des réductions qu’offre la carte d’étudiant. Et c’est tout bénéfice pour l’université qui empoche environ 150 euros par inscription.

 

 

ca4c6c46-0be7-11dd-9986-7e9e3a6bdee3 dans Pol-Actualite et Politique.

«Corriger les inégalités historiques»

 

Valérie Pécresse propose de tenir compte des performances des universités pour leur financement. Elle souhaite que celui-ci soit cal­culé «comme tout le reste de l’Europe, sur le nombre d’étudiants qui passent un examen et pas sur le nombre d’inscrits». Aujourd’hui, assure-t-elle, «on a des amphis pleins en début d’année et vides à la fin. Les étudiants sont des chiffres et vivent dans l’anonymat le plus complet», s’insurge-t-elle. «Il faut un intérêt financier pour les universités à amener les étudiants jusqu’à leurs examens.»

 

Autre injustice, selon la ministre, depuis vingt ans, les grandes universités scientifiques, parti­culièrement avantagées, ont bénéficié d’une hausse de 18 % des emplois d’enseignants-chercheurs alors que leurs effectifs n’augmentaient que de 8 %. Certaines universités bénéficient ainsi d’une dotation annuelle trois fois supérieure à celle des autres !

 

Pour Bernard Saint-Girons, directeur général de l’Enseignement supérieur, le nouveau ­modèle, plus juste, «devrait permettre de corriger les inégalités historiques de dotation entre les universités, même si l’objectif n’est pas de lisser tous les écarts». Une université littéraire n’a pas les mêmes coûts qu’une université scientifique. Et les frais engagés par une université composée de vieux bâtiments du XVIIIe siècle, n’ont rien à voir avec ceux d’une autre dont les locaux n’ont que quatre ou cinq ans.

 

Certaines ont aussi de grosses dépenses liées à des problèmes de sécurité. Mais il va falloir convaincre des présidents d’université qui, s’ils ne sont pas hostiles à des modifications du système, déjà plusieurs fois toiletté, accepteront difficilement de voir leur dotation baisser alors qu’ils s’estiment tous sous-dotés…

(le figaro)

40 ans plus tard, la jeunesse qui bouge a changé de camp

40 ans plus tard, la jeunesse qui bouge a changé de camp dans Pol-Actualite et Politique. logominiavec poletudiant dans Pol-Actualite et Politique.

Poletudiant participe à la grande opération lancée par la section Grandes Ecoles de l’UMP « 40 ans plus tard, la jeunesse qui bouge a changé de camp ».

Quarante années se sont écoulées depuis Mai 1968, pendant ces années la jeunesse a changé et l’héritage de 1968 est lourd pour notre génération et il est temps de regarder vers l’avenir plutôt que vers « ce passé qui ne passe pas ».

Notre génération a hérité des avantages et des inconvénients ,nous nous devons de résoudre les contradictions léguées par la génération 68.Il nous faut construire une France où l’on peut conjuguer l’aspiration à la liberté et la responsabilité, la revendication à l’autonomie et le souci du bien commun.

Aujourd’hui la jeunesse a changé de camp, lassé par la contestation permanente et l’immobilisme des mouvements de gauche elle a préféré devenir une jeunesse d’idées, de proposition, encourageant les réformes.

Retrouvez l’ensemble de cette grande opération sur le site

- www.40ansplustard.fr

- http://etudiantsdedroite66.unblog.fr/40-ans-plus-tard-1968-2008/

 

 

Interview télévisé du chef de l’Etat

Interview télévisé du chef de l'Etat dans Pol-Actualite et Politique. 2008-04-25T123625Z_01_NOOTR_RTRIDSP_3_OFRTP-FRANCE-SARKOZY-20080425

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, était l’invité hier soir d’une émission de télévision  » En direct de l’Elysée », où il a répondu aux questions des journalistes pendant 90 minutes. Le chef de l’Etat est revenu longuement sur les sujets qui intéressent les Français.

Retenons dans le domaine de l’Education la citation de Nicolas Sarkozy « S’il s’agissait seulement d’embaucher des enseignants pour avoir la meilleure Education Nationake, ca se saurait… ce n’est pas en mettant toujours plus de profs qu’on aura des résultats… Nous allons faire le choix de la qualité plutot que de la quantité » 

Enfin le Chef de l’Etat est  fidèle à ses engagements et résolu à agir pour remettre la France en mouvement et de se moderniser après de trop nombreuses années d’immobilisme. Plus de 55 réformes majeures lancées en douze mois.

Qu’il s’agisse de l’éducation, de la lutte contre le chômage, de la réhabilitation de la valeur travail, du pouvoir d’achat, de la protection sociale, de la réduction des déficits publics, sur tous ces thèmes il a montré l’articulation et la cohérence de l’ensemble des mesures mises en œuvre.

Il en a également rappelé la nécessité. C’est à condition que ces réformes soient menées de front que l’on pourra accroître le potentiel de richesses de notre pays et offrir de meilleures perspectives d’avenir aux Français. Et ce, a fortiori, dans un contexte économique international incertain et préoccupant.

Le Chef de l’Etat s’est montré à l’écoute des attentes des Français, de leur impatience sur certains sujets et de leur souffrance pour les plus fragiles d’entre eux.

En réaffirmant les priorités de l’action gouvernementale, son exigence de résultats, son esprit de dialogue, son souci de justice, il montre que les réformes dont la France a besoin sont possibles.

Le cap est fixé et sera tenu.

 

12345...8

contrer la droite |
mauritanie20 |
Vers la 6eme république ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivre la République du Progrès
| l'avenir vue par un militan...
| LCR Section Calaisienne